Prismes

Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé
                                                                                                                                                                                                                          
Présentation de la revue
Prismes
Théorie critique
Jeudi 14 juin à 19 h 30
Librairie L’ivraie
21 rue de la Cavalerie 34000 Montpellier
Quartier des Beaux-Arts
Événement Facebook
Prismes sur le site de Sens&Tonka, éditeurs
Rencontre avec Gilles Moutot (Université de Montpellier, département de sciences humaines et sociales de la faculté de médecine), membre du comité de la revue Prismes. Théorie critique (avec Michèle Cohen-Halimi, Katia Genel, Anne Kupiec, Géraldine Muhlmann ; volume 1-2018 dirigé par Miguel Abensour), éd. Sens&Tonka.
Discussion avec Olivier Tinland (Université Paul-Valéry Montpellier 3, département de philosophie).
Lecture de textes par Sophie Lagier (Compagnie ACETONE / Cours Florent à Montpellier) et Véronique  Moutot-Narcisse (classes préparatoires au lycée Joffre).
Critique de la domination et penseur de l’émancipation, grand éditeur (on lui doit la collection « Critique de la politique », qui a décisivement contribué à faire connaître en France les auteurs de l’École de Francfort), Miguel Abensour, qui nous a quittés le 22 avril 2017, était aussi un homme de revues. Auteur, animateur ou coopérateur, dans les années 1970, de Textures ou de Libre, auxquelles s’attachait déjà pour lui la visée d’une philosophie politique critique, il s’était attelé, depuis environ deux ans, à ce qui devait rester un de ses derniers projets : la réalisation d’une nouvelle revue, dont le nom, Prismes, référence directe au titre d’un livre d’Adorno, dit le lien fort à la première génération des penseurs francfortois. Partageant tout particulièrement avec Miguel Abensour une réflexion constante sur le diagnostic philosophique et historique d’une « dialectique des Lumières » porté par Adorno et Horkheimer dès les années 1940, l’équipe de Prismes s’est ainsi donné pour exigence de continuer à se faire les « guetteurs des régressions de la raison et de ses retournements en mythologie » (Miguel Abensour), sans jamais négliger de percevoir les signaux, si ténus soient-ils, de ce qu’Adorno avait nommé la possibilité concrète de l’utopie.

[/fusion_builder_column]