L’Université de Montpellier

Histoire de l’Université

L’Université de Montpellier est l’une des plus anciennes universités en exercice d’Europe avec sa faculté de médecine qui date du XIIIème. Elle attirera d’ailleurs de nombreux érudits et scientifiques partageant les valeurs humanistes, parmi lesquelles François Rabelais, Guillaume Rondelet ou encore Pierre Richer de Belleval pendant le XVIe siècle. Pour faire face à ses rivales, l’Université de Montpellier se voit octroyer des spécificités originales : anatomie, biologie, botanique, etc. Avec la création du Jardin des plantes en 1593, la ville sera d’ailleurs considérée comme la capitale de la botanique jusqu’au XVIIIe siècle. En 1803, l’apparition de l’École de Pharmacie complète alors l’enseignement scientifique. Le paysage scientifique de Montpellier s’élargira avec la création de la Faculté des Sciences au début du XIXe siècle .

La fusion des universités

La fin du XIXe siècle sera marquée par l’unification de toutes les facultés de la ville au sein d’une seule et unique université. La Loi Faure (1968) donnera naissance à trois nouvelles universités : l’université Montpellier I, l’université Montpellier II et l’université Montpellier III. Les facultés (droit, lettres, médecine, sciences, pharmacie) cesseront d’exister et deviendront soit des UER (puis UFR) pour médecine, droit et pharmacie (UM1), soit des universités de plein exercice pour les lettres (UM3) et les sciences (UM2). Une nouvelle page de l’histoire commune des Universités Montpellier 1 et Montpellier 2 s’ouvre avec le lancement du processus de fusion depuis septembre 2012. A la recherche de rayonnement national et international, les deux universités réunissent leurs forces complémentaires, l’Université de Montpellier voit donc le jour ce 1er janvier 2015. Avec 17 composantes de formation, 72 unités de recherche et plus de 40 000 étudiants, elle devient la plus grande université du Languedoc-Roussillon et la 6e de France.

Le patrimoine de l’Univerité

Par son ancienneté, et la qualité de son enseignement et de sa recherche, l’Université de Montpellier conserve un patrimoine historique prestigieux tant sur le plan immobilier que mobilier. Au fil du temps, elle n’a cessé d’enrichir ses collections dont une grande partie est classée au titre des monuments historiques( la Faculté de Médecine et la Faculté de Droit et Science politique). L’Université conserve également des ensembles scientifiques, artistiques et documentaires d’une valeur inestimable ( conservatoire d’anatomie, jardin des plantes, bibliothèques etc.).