SOUTENANCE DE THÈSE DE Tiffany MATIAS

Le nouvel esprit de la SNCF
La transformation numérique comme dépassement du tournant néo-managérial de l’entreprise publique

La soutenance se déroulera jeudi 7 septembre à 14 heures à la Faculté de Droit et de Science politique de l’Université de Montpellier (Salle des Actes, bâtiment 1). Elle sera suivie d’un pot auquel vous êtes également chaleureusement convié·e·s.

Le jury est composé de :


Jean-Yves DORMAGEN, Professeur, Université de Montpellier (directeur de thèse)

Laura MICHEL, Maîtresse de conférences, Université de Montpellier (co-encadrante)

Clément MABI, Maître de conférences, Université de Technologie de Compiègne

Guillaume MARREL, Professeur, Université d’Avignon

Magali NONJON, Maîtresse de conférences, Science Po Aix

Éric SAVARESE, Professeur, Université de Montpellier

Nadège VEZINAT, Professeure, Université Paris 8


Résumé de la thèse : 

Cette thèse examine la signification de la transformation numérique au sein de la SNCF et son lien avec les entreprises de réformes néo-managériales antérieures. Elle est structurée en trois parties, visant à la fois à saisir le projet articulé autour de la notion de transformation numérique, à réaliser une sociologie des acteurs qui le portent, et à identifier les stratégies et les dispositifs de ces derniers pour imposer leur agenda au sein de l’organisation. Concernant le projet, les résultats permettent de souligner que derrière la notion la transformation numérique, le projet de « modernisation » consiste largement en la diffusion d’un nouvel esprit, qui prend pour modèle de référence les géants de l’économie numérique. Dès lors, le projet constitue un dépassement du tournant néo-managérial de la SNCF, favorisant un mouvement de néo-marchandisation, de néo-rationalisation et s’inscrivant dans la tendance plus large du post new public management. Concernant les acteurs, les résultats permettent d’observer que ce projet est porté par des employés distants de l’histoire et du destin de l’organisation, et favorables aux nouveaux objectifs de la SNCF en matière de performance financière. Ils contribuent alors encore davantage à faire de la digitalisation une contribution à la réforme. Cependant, ces acteurs sont encastrés dans des luttes professionnelles et organisationnelles, ce qui limite leur capacité d’action. Pour compenser cela, ils cherchent à enrôler l’ensemble des employés de l’organisation à leur projet, en mobilisant largement des dispositifs dont la finalité est de diffuser ce nouvel esprit au sein de l’organisation.

 
Pour des questions logistiques, merci de m’indiquer par retour de mail si vous souhaitez assister à la soutenance.